L’Évangile selon Marie Nicoleta Esinencu

Une réécriture des Évangiles où la femme, enfin, figurerait dans son insoumission, dans son annonciation d’une bonne nouvelle : la fin du patriarcat et du capitalisme. Trilogie théâtrale d’une rare puissance, L’évangile selon Marie suivie de L’apocalypse selon Lilith et L’arche de Noréa entremêle des témoignages de femmes de tous les pays pour mettre en lumière comment parole et récit ont reconduisent la domination masculine. Nicoleta Esinencu porte l’espoir d’un apocalyptique bouleversement.

Abordons ce texte puissant par une petite réserve. Une défaillance sans doute de ma part. Je suis un très mauvais lecteur de texte théâtral: peu assidu (avant de ne plus pouvoir l’être) des scènes, ma lecture parvient peu à en imaginer des mises en scènes. Je vois peu ou pas les acteurs mettre en parole leur partition. Sans doute, avant d’avoir l’outrecuidance de critiquer un texte, est-il bon de s’interroger sur sa destination. J’imagine L’Évangile selon Marie destiné à être déclamé, sans doute par deux actrices dont l’une prendrait charge de la partie, disons biblique ; l’autre de celles très belles de témoignages de pays et d’époques divers. Tout ceci pour dire que, parfois, la destination de ce texte m’a quelque peu échappé. Une question posée, je crois, par toutes les publications militantes : au fond ne s’adressent-elles qu’à un public d’avance convaincu ? Un point de vue un rien réducteur. Sans doute n’est-il pas inutile de se voir conforter dans ses certitudes, peut-être est-il indispensable d’interroger comment les grandes suites narratives portent en germe la domination masculine. Toute littérature consciente d’elle-même vise à inventer un autre discours ; L’Évangile selon Marie y parvient dans une radicalité qui réveille.

Au fond, pourquoi ne pas souhaiter voir une faucille faucher le patriarcat, un marteau détruire le capitalisme ? L’image est des plus séduisantes. L’idée fonctionne d’ailleurs très bien, Nicoleta Esinencu opère une très belle inversion de point de vue. Faisons de même : pourquoi serait-on choquer par un récit qui chasse les hommes, renie leur présence alors que tant font de même pour les femmes ? La Bible comme récit essentiellement masculin, sans doute cela a-t-il été clairement analysé. Depuis, au moins, Saint-Augustin, on sait que son interprétation est clairement misogyne. Le très grand intérêt de cette trilogie théâtrale est de faire une réécriture sauvage, animée par une sainte colère, non par un souci de fidélité au texte. À l’instar de ce que faisait très Perinne Lequerec dans Rouge Pute, Nicoleta Esinencu entremêle des témoignages de l’effet de cette mise en récit masculine. J’aime comment, dans la douleur, s’invente une autre filiation, un matrimoine. L’Homme s’empare du Verbe, L’Évangile selon Marie offre à la femme la possibilité de s’en emparer, de signer parabole et prophétie. À ce titre, la partie sur Lilith (la première femme, occulté par Ève à cause de son insoumission, la mère de toutes les sorcières) m’a particulièrement intéressé. L’hypothèse d’une domination masculine qui aurait trouvé son expression dans un désir de possession, aurait alors donné lieu au capitalisme, à l’homme maître et possesseur de la nature et donc, grand enfant, celui qui se croit appelé à la détruire, me paraît doté d’une certaine pertinence.Tout comme la prophétie que pour nous en sortir il faudra abolir cette domination masculine. On comprend alors que les excès (?) de cette trilogie ont une claire valeur cathartique comme si la colère avait toujours une puissance d’incarnation.


Un grand merci aux éditions de l’Arche.

L’évangile selon Marie, L’apocalypse selon Lilith, L’arche de Noréa (trad Nicolas Cavaillès, 170pages, 16 euros)

Un commentaire sur « L’Évangile selon Marie Nicoleta Esinencu »

  1. Oui, finalement faut-il en passer par là. Je suis en train de lire l’histoire des femmes au XIXe siècle pour un projet personnel et je retrouve ce sentiment de profonde injustice que j’avais un peu oublié dans le confort relatif d’être une femme aujourd’hui. Belle chronique, très personnelle, qui m’a beaucoup intéressée.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s