Si maintenant j’oublie mon île, Vies et mort de Mike Brandt Serge Airoldi

Sur quoi écrit-on à part sur le mal qui nous précède, domine et déchire ? Comment le langage, par ses glossolalies, digressions et autres hasardeuses associations réfléchit sur ce qui a lieu ? À travers une recréation des vies antérieures, de la mort, des refus et souffrances de Mike Brandt, Serge Airoldi livre une brûlante et brillante spéculation sur le Mal, sur ce qui constitue l’histoire d’un homme telle qu’on la raconte. Si maintenant j’oublie mon île, magnifique opus incertum.

Lire la suite « Si maintenant j’oublie mon île, Vies et mort de Mike Brandt Serge Airoldi »

La porte de la chapelle Fanny Garin

Pluralité de « elle » en fuite, monologue de l’immobilité, de ce que prend la rue est l’ivresse, les attentions et la prostitution. Dans un beau corps à corps à l’écriture, Fanny Garin traque les sensations, leur absence de mots, les plus physiques, leur impact sur la perception de soi dans cette invisibilité pleine de regard que seraient les jours à la rue. La porte de la chapelle ou l’empathique capture, toujours recommencée, du personnage.

Lire la suite « La porte de la chapelle Fanny Garin »

Mort aux girafes Pierre Demarty

Une longue phrase interrogative, un télescopage d’anecdotes, de digressions, d’enquêtes et de malentendus, de dérivations de sens et de sons. Derrière la virtuosité du comique langagier, Pierre Marty interroge les aléas et autres hasards sur lesquels reposent nos existences. Mort aux girafes : une drôle et hasardeuse critique des attendus du récit.

Lire la suite « Mort aux girafes Pierre Demarty »

L’enfer de Dante mis en vulgaire parlure Antoine Brea

Mise en dialogue de L’enfer de Dante afin d’en restituer les contrastes, le comique et surtout la tchatche et le flow. Antoine Brea se prête à une plaisante réinterprétation de cette partie de la Divine Comédie. Avec ce qu’il faut d’irrespect, d’amusement et de passion donc, Antoine Brea donne sa propre vision de L’enfer et invente une vulgaire parlure tout d’emprunts et de références comme pour rendre l’étrangeté du texte original.

Lire la suite « L’enfer de Dante mis en vulgaire parlure Antoine Brea »

Avec Bas Jan Ader Thomas Giraud

De la chute à la disparition, de l’opacité à soi à la fugace inscription au monde. Dans son écriture sensible – précise et pleine d’échos – Thomas Giraud parvient à faire apparaître Bas Jan Ader, artiste performer, disparu en mer lors de l’une des performances en quête du miraculeux, d’un de ces instants supérieurs de conscience dont Avec Bas Jan Ader donne une réelle incarnation.

Lire la suite « Avec Bas Jan Ader Thomas Giraud »