Apparition 4

À mon corps défendant, quelques mois, plus tard, cette toile laissée au rebut trouvera une espèce de justification.

À mon retour, il faut bien l’admettre j’ai connu un peu de succès avec mes toiles peintes de mémoire. Une vision facile de la mer, l’instant arrêté au sommet d’une vague. Passons. Pourtant, un certain ressentiment à chaque fois que je voyais mon seul tableau peint sur place, la sensation qu’il attendait de trouver la personne à qui il parlerait.

Assez stupidement, je n’avais pas prévu que cela se fasse d’une façon aussi inconcevable que l’ensemble de cette “aventure.”

Deux femmes arrivent. La plus âgée écoute mes boniments avec une tristesse touchante. La plus jeune s’en moque, elle déambule avec une désinvolture qui éveille souvenir et désir. La reconnaissance aussi, quand je me mets à parler de ce que je crois avoir vécu.

La jeune fille, face à ma toile, m’interrompt. Ne vous fatiguez pas, monsieur le peintre. Nous ne sommes pas ici pour acheter vos tableaux. Nous recherchons cette jeune fille, ma sœur. Elle a disparu depuis deux ans. Comme vous, à ce que vous dites, elle est partie, foutue idée démodée, peindre cette île. On ne l’a jamais revu. Sur place, on nous a parlé de suicide, d’une jeune fille perturbée. Qu’a t-elle vue qu’elle n’aurait pas dû voir ? Etes-vous certain que votre trafic était si anodin ?

La jeune fille se reprend. Merci d’avoir figuré son fantôme. Il nous reste au moins la sale beauté de l’incertitude.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s