Le pays du passé Guéorgui Gospodinov

La mémoire – sa perte et ses fixations – comme sujet et objet d’un roman qui décrit moins une histoire que le rapport d’un individu à son passé, individuel comme collectif. Avec une rieuse gravité, Guéorgui Gospodinov décrit toutes les manières dont notre contemporain fuit l’avenir, l’amnésie, se laisse prendre aux pièges politiques de la mémoire, invente des dédoublements aux dissolutions de l’individu. Le pays du passé ou le futur incertain d’un abritemps.

Lire la suite « Le pays du passé Guéorgui Gospodinov »

Le conte de la dernière pensée Edgar Hilsenrath

La fiction comme ultime forme de reconstitution de la réalité de l’anéantissement total d’une population. Avec son habituel sens de la farce – le grotesque et l’absurde au centre de la tragédie – Edgar Hilsenrath décrit le génocide arménien sous forme d’un conte oriental. Le conte de la dernière pensée restitue avec tendresse, dérision aussi, le mode de vie des populations arméniennes, les invraisemblables hasards de la survie et de la persécution.

Lire la suite « Le conte de la dernière pensée Edgar Hilsenrath »

La venue d’Isaïe Laszlo Krasznahorkai

Courte nouvelle sur l’annonce de la catastrophe, de l’effacement de l’idée de noblesse, de grandeur et de l’omniprésence matérielle, La venue d’Isaïe offre un destin parallèle – similaire et suicidaire -au protagoniste de Guerre & Guerre. Avec une certaine ironie, Laszlo Krasznahorkai s’empare, s’amuse, prend au sérieux la farce qu’est devenu le tragique, de nos inquiétudes comme d’un pressentiment de la fin d’un monde, d’un mode de penser.

Lire la suite « La venue d’Isaïe Laszlo Krasznahorkai »

Le livre à venir Maurice Blanchot

Quel espace, extérieur, autre, à venir, ouvre l’écriture ; quel autre livre, autre rapport à la parole et à son pouvoir permettent la littérature. Dans la concentration de sens de son style acéré, Blanchot ouvre des pistes de pensées par l’examen, serré, du rapport à l’écriture de Proust, Artaud, Broch, Kafka, Mallarmé, Beckett, Joubert, James et Musil. Le livre à venir ou l’invention de la souveraine absence de pouvoir d’une parole littéraire toujours en devenir.

Lire la suite « Le livre à venir Maurice Blanchot »

La racine ombreuse du mal Isabelle Caplet – Simone Soulas

Un polar où le débat moral prend un tour métaphysique, s’organise autour d’une plongée dans la pensée cathare. Polar sympathique, calibré habilement et dont la tension dramatique s’exprime dans des ellipses et des changements de points de vue. La racine ombreuse du mal déploie l’hypothèse gnostique, l’envahissant fracas du mal, comme occasion de donner à entendre un autre rapport au monde par le rêve vrai, aux autres par une chaste et haute amitié.

Lire la suite « La racine ombreuse du mal Isabelle Caplet – Simone Soulas »