P.M Ziegler, peintre Noëlle Renaude

La peinture dans ses gestes, ses rituels, ses perpétuelles recherches techniques, mais aussi les difficultés d’être qu’elle masque. Portrait sensible, délicat, par aplats et grisaille, de P.M Ziegler par celle qui accompagna son travail, en contempla le résultat. Dans une prose tendue par la pudeur, la perte irréparable et incompréhensible, Noëlle Renaude offre une ode à la peinture, à la difficile liberté de la création.

Lire la suite « P.M Ziegler, peintre Noëlle Renaude »

La fenêtre russe Dragan Velikic

Les lieux, la mémoire, l’invention et l’absence de fin. Navigant, en train, de Belgrade à Budapest en passant par Hamburg, d’une existence qui se rêve à une vie, un entre-temps qui reconstruit le récit, la jalousie, de la présence d’autrui, La fenêtre russe interroge la mouvante pluralité, l’inconsistance aussi parfois, de nos identités et autres désirs ordonnateurs. Avec un art certain de la construction (confusion temporel et incertitude sur le narrateur), Dragan Velikic signe à nouveau un grand roman mélancolique par son invention d’un incroyable paysage romanesque.

Lire la suite « La fenêtre russe Dragan Velikic »

Vers Calais, en temps ordinaire James Meek

La pestilence et sa semblance ; la mort alentour et son absolution par procuration, et encore. Dans une jolie langue – attentive aux différenciations de statuts sociaux qu’elle impose, aux imaginaires qu’elle véhicule, James Meek s’empare du récit de peste comme une profonde et plurielle réflexion sur le Mal, le sens que l’on donne à nos vies. Vers Calais, en Temps ordinaire : sympathique roman d’aventures et spéculation sur la morale fluctuante qui nous lie.

Lire la suite « Vers Calais, en temps ordinaire James Meek »

Une arche de lumière Dermot Bolger

Un lumineux itinéraire, par delà pauvreté et pertes, l’invention d’une liberté, d’une spiritualité, d’un partage entre les hommes, les animaux. Par des ellipses, des insistances sur les moments clés, Dermot Bolger parvient à transmuer cette histoire vraie en roman, à transmettre la fragile beauté des commencements, l’oppression sociale puis pas la communion de tous ceux qui, maladroitement parfois, tentent de s’en émanciper. Une arche de lumière décrit aussi, en n’en retrouvant partout dans le monde les hantises, l’âpre et tendre humanité irlandaise.

Lire la suite « Une arche de lumière Dermot Bolger »

La nuit recomposée Jocelyn Lagarrigue

Au théâtre du désespoir, sur la scène des illusions brisées, des amours perdues. Moins qu’un homme en crise, dont il nous rend parfaitement sensations et égarements, La nuit recomposée dépeint avec une grande justesse la puissance du théâtre, du texte et de ses gestes, la difficulté du hors-scène, l’exigence d’intensité. Par un jeu d’emprunts, de citations en italiques, de déports aussi du langage, Jocelyn Lagarrigue parvient à transformer le vécu, sans doute autobiographique, en un lancinant questionnement, en une belle préservation de l’ardeur.

Lire la suite « La nuit recomposée Jocelyn Lagarrigue »