L’apparence du vivant Charlotte Bourlard

Humaine taxidermie, dissection dérangeante de nos morbidités et autres fascinations pour de fausses fixités. Roman d’une belle noirceur, tant dans son huis-clos dans un funérarium que dans la société paumée qui l’environne sans tout à fait l’expliquer, L’apparence du vivant fige une forme de folie. Charlotte Bourlard parvient, sans jugement, à en exposer les ressorts, désirs, revanches et les liens ténus, l’amour mortifère, qui y subsistent.

Lire la suite « L’apparence du vivant Charlotte Bourlard »

Braconniers Alessandro Cinquegrani

Monologue oppressant — fluviale et ferroviaire — où la réalité tente d’être dénoncée, le passé de ressurgir, la vie de s’imposer dans une version presque acceptable. Par cette histoire d’un homme qui marche, accompagné de son nuage d’expiations trop amères tenu en laisse, Alessandro Cinquegrani laisse affleurer les gémellaires dédoublements de la réalité, toutes les paniques surtout de ce que l’on ne saurait dire. Un grand plaisir à braconner sur les terres de la culpabilité, sous les flots submersibles, possiblement menteurs, de l’honnêteté.

Lire la suite « Braconniers Alessandro Cinquegrani »

Les filles d’Égalie Gerd Brantenberg

Satire hilarante d’un renversement systématique, langagier, de la domination genrée. Gerd Brantenberg invente une dystopie où les femmes ont tous pouvoirs jusqu’à celui de rendre impensable toute alternative. Très fine réflexion sur tous les diktats (séduction, reproduction, charge mental) dont on comprend en les rejetant sur le masculin l’emprise et l’impensé. Les filles d’Égalie drôle et puissant manuel de féminisme.

Lire la suite « Les filles d’Égalie Gerd Brantenberg »

Ordure Eugene Marten

Plongée perturbante dans la psyché d’un paumé solitaire, d’un dingue banal d’un agent d’entretien aux liens, disons, un peu trop étroits avec les déchets qu’il trouve. Récit très noir, où l’horreur est à peine suggérée, glissée entre deux phrases banals, Ordure nous entraîne dans la perception atrophiée, aliénée, de Sloper son ordinairement détestable, dégueulasse, personnage. Eugen Marten à faire entendre toute la folie de nos vies.

Lire la suite « Ordure Eugene Marten »

Mary Toft ou la reine des Lapins Dexter Palmer

Naissance de l’illusion, très fine spéculation sur notre invention d’une version satisfaisante, pour nous, de la vérité, sur l’engouement collectif pour les faits les plus infondés. Sous ses allures d’hilarant pastiche, d’imitation du roman du XVIII siècle, Mary Toft ou la Reine des lapins offre une réflexion sur le roman, la réalité, les soins que nous apporte l’illusion. Dexter Palmer charme avec ce récit empli de fantaisie.

Lire la suite « Mary Toft ou la reine des Lapins Dexter Palmer »