Au temps sublime Louise-Amada D.

La perte de l’amour ; la quête du désir. Journal d’une rupture, d’une reconquête à la lumière (le ciel changeant des saisons de Montréal) de l’écriture. Louise-Amanda D. décrit les répétitions -l’autarcie, l’escalade et ses silences – du plaisir solitaire comme une forme, très crue, d’un contact à soi par-delà la perte, l’exil, dans et par l’écriture. Au temps sublime ou la quête de l’instant arrêté de l’orgasme.

Lire la suite « Au temps sublime Louise-Amada D. »

Lotus Seven C. Jeanney

Portrait du père en prisonnier, fragmentation de la perte dans la contrainte, le contraste pour dire bribes et points d’interrogations de celui jamais compris, entre admiration et éloignement. 7 épisodes de 50 paragraphes de 60 mots chacun dans lesquels Christinne Jeanney mélange son histoire à celle d’une série, Le prisonnier. Lotus Seven ou une touchante tentative de dire ce qui s’effrite, la crainte d’une grande boule blanche, les prisons de mythes, et de calculs, immuables, ce qui revient, entre craintes et écarts, de l’enfance.

Lire la suite « Lotus Seven C. Jeanney »

Après l’étérnité Étienne Verhasselt

Récits de brèves proses, rieuses fantaisies sur l’instant d’après, les éclats de notre grand désordre – les subsistances de nos postcombustions – morts et ruptures pour dire l’amusante absurdité de notre monde. Douceur et décalage, mélancolique distanciation ; ironie sur l’ordinaire non-sens de nos vies banals et effacées. Après l’éternité : un flottement, une délicatesse ouatée, la contemplation parfois aussi de toute la vanité, des vies qui s’en vont, comme ça. Étienne Verhasselt raconte la fin de nos mondes avec une belle légèreté.

Lire la suite « Après l’étérnité Étienne Verhasselt »

Le corps de l’âme Ludmila Oulitskaïa

Différents visages, matérialistes ou fantastiques, de la mort, de ce qui reste de nous, de ce soutien, parfois intrusif, de la vie dite ordinaire. Le corps de l’âme se révèle une suite de nouvelles étonnamment cohérentes, entre elles et avec le reste de l’œuvre de l’autrice. Ludmila Oulitskaïa parvient à dire, par ellipses, pudeur et humour, l’existence au moment où elle s’en va, les étranges refus et autres merveilleux échappatoires opposés à l’inéluctable.

Lire la suite « Le corps de l’âme Ludmila Oulitskaïa »

L’été froid Gianrico Carofiglio

Bari et sa mafia : comment en dire les rouages, comment en dire la morale quand elle se révèle aussi fluctuante que celle des flics censés la combattre. Gianrico Carofiglio crée un nouveau personnage, mélancolique, consciencieux , littéraire : le maréchal Feneglio. Au-delà de son aspect quasi documentaire un rien explicatif, L’été froid séduit par son interrogation sur le langage, ses mises à distances, ses possibilités d’aveu.

Lire la suite « L’été froid Gianrico Carofiglio »