On a tout l’automne Juliana Léveillé-Trudel

Retour à Salluit, dans le Nord Arctique, dans l’approche, patiente et poétique de sa langue, de sa jeunesse, oscillant entre désœuvrement et souffrance, et des propres révélations sur soi ainsi révélées. Évocation discrète d’une société en train de se dissoudre, d’une langue dont il ne reste que des mots éparpillés entre le français et l’anglais, portrait sensible d’une jeunesse qui tente d’y subsister, des souvenirs qui reviennent, des absences ainsi pointées. On a tout l’automne se plonge, dans une langue parfois un rien trop transparente, à mon goût, dans cette tentative de sauvegarder une bribe, de comprendre une communauté en touchant, en traduisant, sa poésie. Juliana Léveillé-Trudel écrit cette lente quête, cette lente distinction du son et du sens, des gestes et autres rituels, de la tenace fragilité de l’existence quotidienne des inuits.

Lire la suite « On a tout l’automne Juliana Léveillé-Trudel »
Publicité

La bouée Natacha Andriamirado

La discrète fantaisie du décalage, celle d’un point de vue amusé, empathique pour les secours, les fuites et autres bouées inventées pour survivre à la tenace déraison de nos vies. Onze nouvelles autant de basculements dérisoires que Natacha Andriamamirado accompagne de délicieux récits où elle surprend le déclencheur de ses textes, poursuit la singularité d’une appréhension curieuse, sceptique, du monde un peu fou qu’en partage nous avons.

Lire la suite « La bouée Natacha Andriamirado »

Ibrahim Qashoush Maxime Actis

Chants syriens de la disparition. Dans un frappant ensemble de fragments, dans cette certitude d’être un outsider, de ne pouvoir rendre compte du réel syrien que depuis ses marges, ses frontières et ses rendus sur les réseaux, Maxime Actis parvient à faire entendre non tant un destin individuel que celui collectif, pluriel, d’une résistance et de son écrasement dans le sang. Ibrahim Qashoush prend la forme d’une enquête sur un chanteur disparu, sur le compositeur d’un hymne invitant à faire dégager Bashar el Asad pour collecter les traces de ce qui reste d’un pays, la Syrie.

Lire la suite « Ibrahim Qashoush Maxime Actis »

Seuil du seul Pierre Cendors

Une expédition à Skye, une exploration de la nuit et de la solitude comme un retour à notre visage vrai, nocturne, « poérotique », pour toucher sans rien saisir «une plus juste intonation du vivant. ». Quelle soit ici condensée en fragment ou ramassée en récit, la langue de Pierre Cendors brille d’une irrésistible incandescence, ouvre des perspectives aussi illimités que les horizons marins si bien photographiés par Jacques Mataly pour donner à voir ce Seuil du seul, pour aller dans un apparent échec (sac troué, sommet non atteint) plus loin, pour continuer.

Lire la suite « Seuil du seul Pierre Cendors »

La venue d’Isaïe Laszlo Krasznahorkai

Courte nouvelle sur l’annonce de la catastrophe, de l’effacement de l’idée de noblesse, de grandeur et de l’omniprésence matérielle, La venue d’Isaïe offre un destin parallèle – similaire et suicidaire -au protagoniste de Guerre & Guerre. Avec une certaine ironie, Laszlo Krasznahorkai s’empare, s’amuse, prend au sérieux la farce qu’est devenu le tragique, de nos inquiétudes comme d’un pressentiment de la fin d’un monde, d’un mode de penser.

Lire la suite « La venue d’Isaïe Laszlo Krasznahorkai »