Jusqu’à la mort Amos Oz

L’identité juive une hallucination terminale, l’invention d’un ailleurs à jamais repoussé ? Dans ces deux beaux récits, crépusculaires et hantés, Amos Oz semble le suggérer. Dans la détestation, les premiers pogroms, d’un croisé ou dans le monologue d’un conférencier usé et paranoïaque, la lucidité paraît un cauchemar et la mise en récit une folie sans salut, indispensable somme de tous les espoirs qui nous constituent.

Lire la suite « Jusqu’à la mort Amos Oz »

La colline du mauvais conseil Amos Oz

L’imminence de l’événement, les folles fictions qu’il alimente, la crainte derrière le désir messianique, senteurs et climat du Jérusalem de 1947 en trois brefs récits qui se répondent. La colline du mauvais conseil c’est aussi trois beaux récits d’enfance, captation en douceur du passage, maintien des illusions. Amos Oz parvient, tout en discrétion, à nous en communiquer perte et douleur.

Lire la suite « La colline du mauvais conseil Amos Oz »