Les furies Lauren Groff

furies

Par un très joli tissage narratif, avec un entremêlement de points de vue et de souvenirs, dans Les furies, Lauren Groff nous livre le récit d’abord simple puis de plus en plus complexe d’un amour, des corrections et des mensonges auxquels il donne lieu. Un grand roman.

Lire la suite « Les furies Lauren Groff »

Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? Jeanette Winterson

winterson.jpg

Pourquoi être heureuse quand on peut-être normal ? est l’autobiographie intellectuelle de Jeanette WInterson. Consciente d’elle-même et de la construction fragile de notre identité ce beau livre fait naître une certaine ambivalence chez le lecteur. Celle née du cheminement vers ses émotions.

Lire la suite « Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? Jeanette Winterson »

Au départ d’Atocha Ben Lerner

 

1507-1

Pour parler de L’été des noyés, j’évoquais la solution de l’image. Dans ce court premier roman, Ben Lerner procède ainsi. Le romancier américain est censé quêter l’expérience qui le fera advenir à l’écriture. Lerner nous en propose ici une caricature fine, informée et ironique. Dès la première scène, cette solution de l’image est solidement suggérée.

Le roman raconte l’existence d’un poète en résidence, sa quête effrénée de sensations afin de quitter ce vide intérieur jamais très éloigné de la viduité de Leiris. Il nous décrit l’imposture, aujourd’hui, de se prétendre poète. Tous les jours, ce poète réfugié dans l’intraduisible se rend au musée pour une dévotion ostensible envers l’art pictural. Le sens de ce roman se réfugie ici : l’expérience esthétique dont veut s’alimenter le narrateur est au pire une imposture, au mieux une escroquerie qui phagocyte le spectacle qu’autrui donne de la pureté d’une expérience. Face à un homme en pleur devant une toile, le narrateur éprouve cette tangence qui définit notre rapport à l’art :

Mon intérêt pour l’art était indissociable de la rupture entre mon expérience personnelle des œuvres et les propos qu’elles suscitaient ; le constat de cet écart – voilà sans doute mon expérience esthétique la plus intense, ou du moins ce qui s’en rapprochait le plus : l’expérience profonde de l’absence de profondeur.

Lire la suite « Au départ d’Atocha Ben Lerner »