C’en est fini de moi Alfred Hayes

hayes

New-York sous la menace de la neige, vu par un homme défait. Dans une langue étincelante, avec une rythmique concision, voilà ce que nous raconte C’en est fini de moi. Alfred Hayes s’y révèle un écrivain puissant pour dévoiler le tragique vaudeville de nos existences. Peintre précis des sentiments et du passage du temps, la publication de son œuvre sonne comme l’évidence avec laquelle il ne cesse de traiter.

Lire la suite « C’en est fini de moi Alfred Hayes »

Publicités

Les fantômes du vieux pays Nathan Hill

couv29340947.jpg

Dans Les fantômes du vieux pays, Nathan Hill nous livre une réflexion sur les choix censés dicter notre identité et la culpabilité qui en découle. Dans un très beau portrait d’une mère en fuite, hantée par ses démons domestiques et par sa capacité à être au mauvais endroit au bon moment comme par l’histoire de son fils, Hill décrit joliment une partie du rêve américain. Dommage que sa critique sociale ne tombe pas toujours juste.

Lire la suite « Les fantômes du vieux pays Nathan Hill »

Cette chose étrange en moi Orhan Pamuk

couv52614536

La vie d’une vie, Istambul, à travers les déambulations noctambules d’un de ces citoyens rêveur définitif. Dans Cette chose étrange en moi Pamuk nous livre un roman captivant sur les modifications urbaines et le changements dans le cœur des hommes qu’elle suscite. Un livre à découvrir comme tous les Pamuk.

Lire la suite « Cette chose étrange en moi Orhan Pamuk »

Les invisibles Roy Jacobsen

couv60683058.gif.jpeg

Histoire d’une île et de ceux qui s’en veulent les propriétaires et en sont surtout, magnifiquement, les prisonniers, Les invisibles dresse un tableau sensible de la famille Barrøy. Roy Jacobsen déploie dans ce bref roman une prose sèche, sans sentimentalisme, où s’entend la fatalité des saisons.

Lire la suite « Les invisibles Roy Jacobsen »

L’oubli que nous serons Héctor Abad

couv55127985.jpg

L’oubli que nous serons irradie d’un grave optimiste. Court roman, témoignage et réflexion sur la mémoire et l’oubli rendu possible par la mise en récit, dans une langue sèchement maîtrisée, Héctor Abad nous rend tout cela mais aussi l’histoire d’un pays, la Colombie, marquée par les atrocités. De cette entêtante réflexion sur la mort, L’oubli que nous serons est transmué en une fable d’un optimisme peu commun.

Lire la suite « L’oubli que nous serons Héctor Abad »