La porte de la chapelle Fanny Garin

Pluralité de « elle » en fuite, monologue de l’immobilité, de ce que prend la rue est l’ivresse, les attentions et la prostitution. Dans un beau corps à corps à l’écriture, Fanny Garin traque les sensations, leur absence de mots, les plus physiques, leur impact sur la perception de soi dans cette invisibilité pleine de regard que seraient les jours à la rue. La porte de la chapelle ou l’empathique capture, toujours recommencée, du personnage.

Lire la suite « La porte de la chapelle Fanny Garin »