On a tout l’automne Juliana Léveillé-Trudel

Retour à Salluit, dans le Nord Arctique, dans l’approche, patiente et poétique de sa langue, de sa jeunesse, oscillant entre désœuvrement et souffrance, et des propres révélations sur soi ainsi révélées. Évocation discrète d’une société en train de se dissoudre, d’une langue dont il ne reste que des mots éparpillés entre le français et l’anglais, portrait sensible d’une jeunesse qui tente d’y subsister, des souvenirs qui reviennent, des absences ainsi pointées. On a tout l’automne se plonge, dans une langue parfois un rien trop transparente, à mon goût, dans cette tentative de sauvegarder une bribe, de comprendre une communauté en touchant, en traduisant, sa poésie. Juliana Léveillé-Trudel écrit cette lente quête, cette lente distinction du son et du sens, des gestes et autres rituels, de la tenace fragilité de l’existence quotidienne des inuits.

Lire la suite « On a tout l’automne Juliana Léveillé-Trudel »
Publicité

Iochka Cristian Fulaş

Roman des silences, des corps, des fous, des alcooliques et de tous ceux qui se sont réfugiés dans une vallée, à l’écart du temps, loin croient-ils d’une mort qui finit par les rattraper. Roman sur cette façon d’être ensemble, sans un mot, de se soutenir, un verre à la main, de se disputer, de former une société, de se taire dans ce qui serait, qui sait, compréhension primale, intelligence du corps et du désir. Iochka raconte l’itinéraire d’un homme, muré dans son silence, dans l’illusion d’un temps immuable, dans une vie à l’écart. Avec une grande simplicité, Cristian Fulaş tend un récit métaphysique sur les silences de l’âme, les folies de l’esprit, sur tout qui maladroitement exprime notre rapport aux autres, au monde.

Lire la suite « Iochka Cristian Fulaş »

Strega Johanne Lykke Holm

Roman gothique de l’inquiétude, des sensations flottantes, des projections de la disparition, de la victimisation des femmes, de la crainte aussi de la construction de soi. Un hôtel sans lien, un lieu de monastique claustration où neuf jeunes femmes, en quête d’elles-mêmes, d’une image socialement acceptable, font l’expérience de la peur, de la communauté. Strega parvient à dire l’enfermement dans d’incertaines, précises comme dans un rêve, sensations, les rites des jours où pointent l’absurdité mais aussi cette certitude d’être en tant que femme appelée à devenir une victime d’un meurtrier au visage pluriel. Johanne Lykke Holm parvient par son écriture surpeuplée de senteurs, de saveurs, d’images sans suite, à ce point où les projections imaginaires s’amalgament à ce qui advient, où l’on vit comme un fantôme, une poupée mécanique, bref la fantastique projection de ce que l’on pourrait devenir.

Lire la suite « Strega Johanne Lykke Holm »

Les marins ne savent pas nager Dominique Scali

Maritime utopie insulaire, roman d’aventure et recréation d’une Histoire de l’île mythique d’Ys, de ses amusants us et coutume, de ses navrantes définitions identitaires aux moments, dans un XVIII siècle alternatif, elles sont remises en cause. Par le récit de la vie, errance et déception, de Danaé, la seule nageuse dans cette île d’échoueurs ou de citoyen à l’abri des marées d’équinoxe dans une Cité fortifiée, Les marins ne savent pas nager narre la vie d’une société recrée, ses inégalités, ses contradictions par une réflexion sur le courage, les aléas de la vie de marins comme son attrait paradoxal pour ce qui détruit et nourrit, apporte aventures, naufrages, nourriture. Dans une prose ironique, enlevée par l’alternance de chapitres historiques et d’une narration d’un groupe de personnages, Dominique Scali écrit un très joli roman d’aventure.

Lire la suite « Les marins ne savent pas nager Dominique Scali »

Au temps sublime Louise-Amada D.

La perte de l’amour ; la quête du désir. Journal d’une rupture, d’une reconquête à la lumière (le ciel changeant des saisons de Montréal) de l’écriture. Louise-Amanda D. décrit les répétitions -l’autarcie, l’escalade et ses silences – du plaisir solitaire comme une forme, très crue, d’un contact à soi par-delà la perte, l’exil, dans et par l’écriture. Au temps sublime ou la quête de l’instant arrêté de l’orgasme.

Lire la suite « Au temps sublime Louise-Amada D. »