Les St. CharlesMolly Keane

Ce qui reste des grands récits de famille, l’effondrement de l’illusion, la fiction comme version arrangeante de nos souvenirs, manière de créer une proximité sans suite. Aroon tient la mémoire de sa famille, l’écrit sous le paravent du bon comportement, c’est le titre en version originale, qu’elle prétend avoir dans ce naufrage ambiant, ordinaire, décrit par Molly Keane entre apprêté et émotion et surtout dans sa grande habilité à suggérer les non-dits. Les St Charles, au-delà de son charme suranné est un joli roman sur nos tenaces illusions.

Lire la suite « Les St. CharlesMolly Keane »

Chasse au trésor Molly Keane

À la recherche de la richesse des mondes évanouis comme seuls manières d’en dire les cruels, protecteurs parfois, faux-semblant. Roman aux charmes surannés, aux descriptions à l’acide ironie, Chasse au trésor décrit, en Irlande à la fin de la seconde guerre mondiale, les vestiges de l’aisance, d’une vie dilapidée dans la vanité des plaisirs quotidiens et dont il ne reste, chez Molly Keane, non pas le regret, mais l’attachement pratique, les ruses pour en maintenir les routines. Un roman léger, précis et drôle.

Lire la suite « Chasse au trésor Molly Keane »

Comment je suis devenue Duchess Goldblatt

Invention d’un avatar plein de compassion, d’humour, de décalage comme révélateur d’une vie à la dérive, de ses difficultés à entretenir, au premier degré, ses terribles rapports sociaux. Une éditrice s’invente un double virtuel, elle recrée une communauté, invente la possibilité de la bienveillance, la distance du soutien. De ce premier roman anonyme se dégage la rare possibilité de la joie, la prise en compte distanciée des souffrances qui la sous-tendent, la chance, en parlant d’autre chose, de toucher à la justesse des sentiments.

Lire la suite « Comment je suis devenue Duchess Goldblatt »

Le festin Margaret Kennedy

Une falaise qui menace de s’effondrer, un festin qui s’annonce : l’acide comédie sociale qui se déroule derrière cette attente. Roman un rien suranné (dans ses discussions sur le péché), Le festin s’offre pour ce qu’il est : un divertissement dont la légèreté dévoile la gravité des âpres existences réunies dans cet hôtel au bord de la falaise. Parfois un rien cassante, un peu froide aussi avec ces personnages dont elle se plaît à montrer les maléfiques défauts, Margaret Kennedy signe un livre à l’image de l’époque décrite : difficile, voire pessimiste reconstruction de l’immédiat après-guerre.

Lire la suite « Le festin Margaret Kennedy »

Voyage en territoire inconnu David Park

Un père, photographe, veut retrouver ses enfants, traverse une tempête de neige, souvenirs, dénis et dépression. Monologue d’une simplicité toujours juste où effleure une sensibilité qui s’essaie à l’acceptation, Voyage en territoire inconnu ou la lente reconstruction d’un homme. David Park la laisse transiter par une belle réflexion sur la photographie, l’insoutenable de ce qu’elle fixe.

Lire la suite « Voyage en territoire inconnu David Park »