Ceci n’est pas une chanson d’amour Alessandro Robecchi

Humour ravageur, génie de la comparaison, pointe acéré du regard social : des doigts dans le cul et du Dylan. Livre profondément drôle, mené de main de maître, Ceci n’est pas une chanson d’amour plaît tant par son intrigue que par la désinvolture attendrie avec laquelle il saisit ses personnages : des tueurs à gages clownesques, des gitans revanchards, une geek éperdue. Alessandro Robecchi, avec une belle discrétion, déconstruit nos discours, notamment sur l’amour.

Lire la suite « Ceci n’est pas une chanson d’amour Alessandro Robecchi »

Après les chiens Michèle Pedinielli

apresleschiens

Un vrai plaisir, drôle et ancré dans notre inacceptable présent, de retrouver Ghjulia Boccanera. Dans Après les chiens , Michèle Pedinielli plonge sa privée, toujours aussi anar et repoussant plus que jamais la gravité du constat social porté par ce roman dans un humour convaincant comme contrepoint à l’indignation. Un bon roman noir, populaire, engagé.

Lire la suite « Après les chiens Michèle Pedinielli »

Nourris un corbeau, il te crèvera les yeux Anne-Laure Morata

2998-Morata-Nourris-un-corbeau.jpg

Polar d’une belle efficacité, Nourris un corbeau, il te crèvera les yeux, propose une plongée sociale et politique à Quito. Par une haletante fragmentation des points de vue, Anne-Laure Morata entraîne son lecteur dans une carte postale nuancée de l’Équateur contemporain. Agréable voyage sur les pas d’une héroïne dont l’autrice nous rend les traumatismes.

Lire la suite « Nourris un corbeau, il te crèvera les yeux Anne-Laure Morata »

À couper au couteau Kris Nelscott

Electre_978-2-8159-2916-5_9782815929165

Second volume des péripéties de Smokey Dalton, toujours emporté dans les sanglants événements d’une Histoire américaine perçue de son côté noir, toujours porté par une écriture au rythme décisif, À couper au couteau se révèle un grand roman noir, captivant pas seulement par sa singulière perception de la Convention, et sa répression, des démocrates à Chigaco lors de l’été 1968.

Lire la suite « À couper au couteau Kris Nelscott »

Là où meurent les rêves Mukoma Wa Ngugi

La-ou-meurent-les-reves.jpg

De Madison à Nairobi, de la question raciale aux manipulations humanitaires. Dans une langue dépouillée, avec une violence excessive dans sa prétention à la justice, Là où meurent les rêves offre une vision sans apprêt d’un Kenya entêtant, obstinément « authentique » et d’une Amérique égarée dans ses bons sentiments. Wa Ngugi signe ici un livre très sec et divertissant.

Lire la suite « Là où meurent les rêves Mukoma Wa Ngugi »