Le pion Paco Cerda

Les sacrifiés de l’Histoire, ceux qui, pions, sont manipulés dans un jeu qui les dépasse. À partir de l’affrontement — Stockholm 1962 — entre Bobby Fischer et Arturo Pomar, Paco Cerda recrée le monde bipolaire de la guerre froide, celui surtout d’une Espagne franquiste en pleine torturante décomposition idéologique, en pleine coupable ouverture vers le capitalisme. Derrière une structure qui reprend chacun des coups joués lors de cette partie, Le pion donne une vision collective à travers une multitude de destins individuels, de biographies renseignées et fait ainsi défiler une époque dans toute son horreur.

Lire la suite « Le pion Paco Cerda »

L’obscurité est un lieu Ariadna Castellarnau

Lumière de nos ténèbres, révélation terminale de notre obscurité en partage. En huit nouvelles tendues, pétries d’une angoisse apocalyptique, Ariadna Castellarnau captive par l’ordinaire étrangeté mise à jour dans chacune des situations discrètement empreintes de la certitude d’une fin du monde dans laquelle se débattent tous les personnages de L’obscurité est un lieu. Une exploration sensible, inquiète, des instants où s’éclairent nos ténèbres, des luminosités qui irradient nos ombreux rapports au monde, à autrui.

Lire la suite « L’obscurité est un lieu Ariadna Castellarnau »

Un fils étranger Eduardo Berti

Creusement des dédoublements, poursuite de cette étrangeté de la langue, ultimes vérifications des mensonges et omissions du père exposé dans Un père étranger. Récit d’un voyage en Roumanie sur les traces multiples, aussi littéraires que factuelles, d’un exil, Eduardo Berti continue sa si pertinente réflexion sur nos perpétuelles, et mouvantes, traductions de ce monde si obstinément étranger.

Lire la suite « Un fils étranger Eduardo Berti »

L’anarchiste qui s’appelait comme moi Pablo Martin Sanchez

Reconstitution rieuse, d’une grande précision jusque dans ses ellipses, d’un destin tragique, de la vivifiante beauté d’idéaux indispensables. En s’effaçant, l’auteur poursuit son homonyme dans un récit d’aventures et d’amitié un précis historique sur l’anarchisme et ses engagements et trahisons collectifs. Pablo Martin Sanchez plonge le lecteur dans l’Espagne du début du siècle, la France des années 1910 et 1920 et fait admirablement revivre cette héroïque tentative d’invasion révolutionnaire de l’Espagne. Une très belle tentative de réinventer l’Histoire par le roman.

Lire la suite « L’anarchiste qui s’appelait comme moi Pablo Martin Sanchez »

Demain s’annonce plus calme Eduardo Berti

La littérature comme brèves, autant de fantaisistes nouvelles sur ses pouvoirs et ses altérations, ses dédoublements et surtout son rapport si particulier, souvent hilarant, avec la réalité. Dans le pastiche du journal, dans un jeu de mots sur des nouvelles qui en fragmente le propos, Eduardo Berti crée un monde où la littérature serait décisive. Sous sa très drôle légèreté, Demain s’annonce plus calme interroge notre rapport à tous les décalques, appropriations fantasques dont sont faites nos vies.

Lire la suite « Demain s’annonce plus calme Eduardo Berti »