Demain s’annonce plus calme Eduardo Berti

La littérature comme brèves, autant de fantaisistes nouvelles sur ses pouvoirs et ses altérations, ses dédoublements et surtout son rapport si particulier, souvent hilarant, avec la réalité. Dans le pastiche du journal, dans un jeu de mots sur des nouvelles qui en fragmente le propos, Eduardo Berti crée un monde où la littérature serait décisive. Sous sa très drôle légèreté, Demain s’annonce plus calme interroge notre rapport à tous les décalques, appropriations fantasques dont sont faites nos vies.

Lire la suite « Demain s’annonce plus calme Eduardo Berti »

Gema Milena Busquets

Éloge de la frivolité dans un exercice contrarié, fictif, de la mémoire. Sous ses allures d’autobiographie légère, superficielle – entre amour et enfants – Gema ausculte la perte et son acceptation. Milena Busquets revient, sans heurts ni fantôme sur son adolescence, sur la défense malheureuse, dupe d’elle-même, de sa frivolité.

Lire la suite « Gema Milena Busquets »

Terra Alta Javier Cercas

Sous l’allure d’un joli polar, derrière un hommage à la lecture et aux Misérables de Victor Hugo, Javier Cercas signe un roman efficace où les lecteurs est entraîné dans ces ambivalences morales qui caractérisent toute l’œuvre de l’auteur. Terra Alta une belle histoire de rédemption et de vengeance, une façon de savoir comment on s’arrange d’un passé irrésolu.

Lire la suite « Terra Alta Javier Cercas »

Les Quichottes, voix de la Laponie espagnole Paco Cerdà

Plongée, un rien trop chiffrée à l’occasion, dans une des zones européenne en voix de désertification : la Serrania Celtibérica. Paco Cerdà, sous la forme d’une enquête journalistique qui se joue de références littéraires, donne voix aux habitants, aux résistants, de cette vaste zone espagnole peu hospitalière, il fait entendre l’isolement de villages à la mort programmée. Les Quichottes porte alors une interrogation sur la voix prétendument unique de l’urbanisation systémique de nos vies.

Lire la suite « Les Quichottes, voix de la Laponie espagnole Paco Cerdà »

Virtual Felipe Hernandez

Et si la Terre était un refuge pour psychopathes, un endroit virtuel où exercer leurs vices et cynismes ? Virtual roman diablement intelligent, documenté assez pour jouer sur le langage de ses références, s’empare des probables et possibles pour nous entraîner dans des plurivers (une série d’univers parallèles mathématiquement possibles) ouverts par des élusions, des failles dans le temps et la continuité de soi. Felipe Hernandez happe son lecteur dans un jeu de doubles, entre ressemblances et dissemblances, entre jeux vidéos et énigmes métaphysiques, entre déchiffrement et ignorance.

Lire la suite « Virtual Felipe Hernandez »