Violence(s) Paule Andrau

L’état de femme dans ses silences, ses tacites acceptations comme autant d’acceptations tues, de douleurs et de béances face au vide du quotidien auxquelles Paule Andrau donne voix. Livre assez oppressant, tendu dans une écriture qui laisse entendre le ressassement et le désespoir de trois femmes captives (sans soumission) de leur condition, de leur quotidien, Violence(s) est un livre sans fard, sur l’intime, son usure et ses désillusions. La vie dans ses contondantes vacuités.

Lire la suite « Violence(s) Paule Andrau »

Lettres aux jeunes poétesses

La poésie, maintenant, demain, au féminin. Dix-sept lettres, performances, pour envisager ce que serait la poésie aujourd’hui, ce que l’on voudrait en transmettre et surtout les luttes, les corps, les dominations et leurs émancipations quand la poésie n’est plus patriarcale. Une belle pluralité de voix pour questionner, aussi, ce qu’est l’écriture.

Lire la suite « Lettres aux jeunes poétesses »

24 fois la vérité Raphaël Meltz

Derrière l’agacement, la suffisance du c’était mieux avant, 24 fois la vérité mène une réflexion sur la vérité de l’image, romanesque ou cinématographique, les spectres qui la hantent mais aussi, avec un peu plus d’insistance, l’immédiateté numérique qui en ferait un flux de pur virtualité. Dans un jeu de doublure, derrière un détestable narrateur, Raphaël Meltz continue à interroger le réel romanesque, sa matérialité, son impact sur l’époque, sur la vie qu’il faut continuer à en exiger.

Lire la suite « 24 fois la vérité Raphaël Meltz »

Rivage au rapport Quentin Leclerc

Les raccourcis de la réalité : glissements, intuitions, contaminations passages secrets, auras. Pour nous happer dans cet univers de jeu vidéos, de meurtres et de magie, Quentin Leclerc excelle dans l’immédiateté de l’image trompeuse. Rivage au rapport est une plongée dans nos imaginaires contemporains, dans tout ce qu’ils ont de diablement romanesque, autant de récits inachevés vers un au-delà des apparences.

Lire la suite « Rivage au rapport Quentin Leclerc »

Si maintenant j’oublie mon île, Vies et mort de Mike Brandt Serge Airoldi

Sur quoi écrit-on à part sur le mal qui nous précède, domine et déchire ? Comment le langage, par ses glossolalies, digressions et autres hasardeuses associations réfléchit sur ce qui a lieu ? À travers une recréation des vies antérieures, de la mort, des refus et souffrances de Mike Brandt, Serge Airoldi livre une brûlante et brillante spéculation sur le Mal, sur ce qui constitue l’histoire d’un homme telle qu’on la raconte. Si maintenant j’oublie mon île, magnifique opus incertum.

Lire la suite « Si maintenant j’oublie mon île, Vies et mort de Mike Brandt Serge Airoldi »