Pédalées Olivier Hervé

Éloge vagabond du vélo, errance géographique et fictives sur tous les mouvements – gestes et rythmes ; positions et rêveries – de cette pratique sportive. Entre récits, fiction et essai, Oliver Hervé signe un texte inventif, populaire comme la petite reine, où il dessine la liberté du mouvement, le perpétuel ailleurs du cycliste et son effort comme lien avec le paysage. Pédalées ou les belles et drôles rêveries d’un cycliste solitaire.

Lire la suite « Pédalées Olivier Hervé »

Poèmes à Faye Julien Syrac

Élégie à une actrice porno : de l’attraction magnétique à la mélancolie masturbatoire. Poèmes en globish d’un désir globalisé et soudain sous l’humour, la provocation, pointe l’invention verbale, la tristesse contemporaine, la scansion de l’apostrophe à ce qui s’évanouit. Julien Syrac chante ici ce qui revient au-delà de l’intangible de fantasmes marchandisés.

Lire la suite « Poèmes à Faye Julien Syrac »

Continent’Italia Samuel Brussel

Errance mélancolique (nostalgique hélas aussi) dans la pluralité de l’Italie, ses langues et accents, ses cafés et libraires, ses conversations saisies au vol ou avec des amis de longues dates. Avec une plume aussi légère que son apparente désinvolture, entre cinéma et littérature, Samuel Brussel nous livre des instantanées de son Italie. Continent’Italia ou l’éloge de l’instant, de notre présence dans ses pulsations.

Lire la suite « Continent’Italia Samuel Brussel »

La rivière draguée Arno Calleja

Polyphonie de la hantise, dérèglement d’une disparition : l’écoute de la vie quand elle est détournée de son cours. Dans cette fausse simplicité du ressassement, dans cette langue commune, Arno Calleja envisage toutes les conséquences, discours nés du corps anonyme d’une jeune fille rejeté par une rivière de Tapeï. La rivière draguée ou une admirable tentative de donner voix au désordre tacite du monde.

Lire la suite « La rivière draguée Arno Calleja »

Le livre de Promethea Hélène Cixous

L’amour ou la fusion des identités ; l’écriture ou la confusion, dans un dense réseau métaphorique, de l’être aimé et de celle qui tente d’en saisir le présent. Le livre de Promethea, parfois diaboliquement intellectualisant, capte la sauvage silhouette, la brûlure, ardeur et absence, d’un amour saisi dans ses antagonismes. Hélène Cixous offre ici une belle réflexion habilement mise en récit et en miroirs.

Lire la suite « Le livre de Promethea Hélène Cixous »