Carnets Goliarda Sapienza

carnets_quDET19.jpeg

Un livre lumineux tant, dans ses carnets, Goliarda Sapienza, sait rendre sensible la présence de ses vides, le poids des rencontres, , la lumière de Gaeta et les contre-jours romains, les déceptions éditoriales et la peine conséquente à écrire, la pauvreté, l’importance de son éducation et de sa « compulsion de répétition », un portrait acéré de l’intelligentsia italienne communiste non moins tranchant que ses réflexions sur la condition féminine. Ses carnets imposent une conscience qui, amicalement, vous accompagne.

Lire la suite « Carnets Goliarda Sapienza »

Publicités

Le Noël du commissaire Ricciardi Maurizio de Giovanni

51VCI9vsjML.jpg

Petit cadeau en avance : la parution en poche du cinquième volume des enquêtes dans la Naples fasciste du commissaire Ricciardi. Toujours hanté par les morts, déchiré par ses amours et frappé par la misère, des pêcheurs cette fois, le héros de Maurizio de Giovanni revient avec cette discrétion, cette humilité, et surtout ce profond amour pour sa ville si parfaitement captée. Le noël du commissaire Ricciardi en viendrait presque à vous faire aimer les festivités de Noël.

Lire la suite « Le Noël du commissaire Ricciardi Maurizio de Giovanni »

Instantanés Claudio Magris

A17930.jpg

Ensemble de très courts récits pris sur le vif, gagnés sur la mort, Instantanés fige un lumineux état du monde. Avec une distanciation ironique, un savant équilibre parfois presque tiède, Claudio Magris capture ce saisissement social jamais aussi patent que dans ces scènes quotidiennes dont il laisse entrevoir absurdité et beauté.

Lire la suite « Instantanés Claudio Magris »

Bas la place y’a personne Dolores Prato

bas_la_place.jpg

Récit d’une précision ethnologique de l’enfance, suite de sensations, d’émerveillements, de rites et de métiers abolis, Bas la place y’a personne opère une saisissante plongée dans une enfance silencieuse, solitaire, sensible et malheureuse. Portrait surtout d’une ville par ses objets, de ses habitants par ses magasins. Dolores Prato offre dans ce long monologue intérieur, troué mais hanté par ses reprises et absences, une figuration inquiète d’un passé sans échappatoire.

Lire la suite « Bas la place y’a personne Dolores Prato »

Le printemps du commissaire Ricciardi

1540-1.jpg

Deuxième épisode de cette série aux charmes intangibles et incarnés, Le printemps du commissaire Ricciardi interroge avec finesse et empathie la beauté et le destin. Admirable portraitiste de Naples sous le fascisme, Maurizio de Giovanni multiplie les personnages pour nous captiver par sa capacité à capturer une atmosphère dans ses nuances et dans sa pesanteur sociale.

Lire la suite « Le printemps du commissaire Ricciardi »