Le dernier été en ville Gianfranco Calligarich

Lutte désespérée, alcoolisée, contre l’ange des trentes ans, la vie telle qu’on devrait l’accepter, les amours telles qu’elles se délitent. Avec une élégante mélancolie, avec une douloureuse distanciation ironique aussi, Gianfranco Calligarich contemple le crépuscule d’une jeunesse à la fin des années 60. Le dernier été en ville ou le récit douceâtre de nos vacuités, de leurs insomnieux et suicidaires désastres.

Lire la suite « Le dernier été en ville Gianfranco Calligarich »

Journal 1944-1945 Anita Pittoni

Composition de l’inquiétude dans sa matérialité, sa quotidienneté mais aussi dans ses débordements imaginaires, ses solitudes et ses espoirs de les voir dialoguer avec autrui. Entre journal de création, réflexion sur l’intime et ses inspirations, description amoureuse, la prose d’Anita Pitonni captive par l’exactitude de ses ressentis, l’intransigeance à confesser ses défauts, à composer surtout avec une personnalité complexe, entre exaltations et abattements, avec l’enthousiasme de toujours continuer à se fabriquer.

Lire la suite « Journal 1944-1945 Anita Pittoni »

Les villes invisibles Italo Calvino

Rêveuses descriptions de toutes les villes possibles, celles où l’on passe, celles où l’on se perd, Les villes invisibles réfléchit surtout sur les signes, entre invariance, effacement et répétitions, sur le désir d’un ordre supérieur, systématique, reflété par le langage dans ses failles, ses cris et dépassement. Toujours diaboliquement malin, Italo Calvino fait de ce dialogue entre Marco Polo et Kublai Khan un jeu de renversement, de correspondance, une poursuite éperdue du sens.

Lire la suite « Les villes invisibles Italo Calvino »

Monsieur Palomar Italo Calvino

De la description entomologiste, d’une ironique précision, à la spéculation sur le langage et son organisation du monde, Italo Calvino mène son lecteur à une réflexion sur le désordre mondial, sur les silences imposés par ses pulvérulentes cosmogonies. Monsieur Palomar offre une méditation puissante sur la singularité et ses miroirs, le regard et les communs qu’il invente.

Lire la suite « Monsieur Palomar Italo Calvino »

Le chasseur céleste Roberto Calasso

Chasser l’invisible, dire le divin ; capturer des métamorphoses, saisir le sacrifice dans tout mythe. Le chasseur céleste propose une promenade pleine d’érudition, de liberté donc, à travers la préhistoire, l’Egypte antique et surtout de la Grèce. Réflexion sur le langage, son mystère et ses mutations, Roberto Calasso offre une saisissante réflexion sur ce qui nous dépasse.

Lire la suite « Le chasseur céleste Roberto Calasso »