Les envoûtés Witold Gombrowicz

9782070411757

Sous ses allures de roman-feuilletons, de récit rocambolesque aux rebondissements rythmés, de roman noir paré d’une inquiétude fantastique, Les envoûtés annonce les obsessions de Gombrowicz. Des doublures du moi au cauchemar de la ressemblance, Gombrowicz interroge les motivations de nos comportements. On se laisse prendre à cette lecture dont  même les doubles fonds sont trompeurs.

Lire la suite « Les envoûtés Witold Gombrowicz »

Publicités

Converti à Jaffa Marek Hlasko

417pbvqUWCL._SX195_

Un immense roman noir. Bref comme un uppercut, condensé et construit, plein d’ellipses et d’un humour d’une noirceur sans concession. Converti à Jaffa reprend les codes du roman noir : deux paumés discutent de leurs mirobolantes arnaques mais Hlasko sait s’en singulariser, outre la tension de sa langue, par un récit en trompe-l’œil.

Lire la suite « Converti à Jaffa Marek Hlasko »

188 mètres sous Berlin Magdalena Parys

parys

Un très bon polar tant son intrigue, retorse, s’octroie de s’égarer dans les souvenirs, les amours transis des nombreuses voix qui constituent un joli portrait de Berlin de la seconde guerre mondiale aux années suivant la chute de son mur. Avec cette histoire d’un tunnel d’une évasion manipulée, Magdalena Parys offre une vision singulière de l’Histoire. 188 mètres sous Berlin se révèle infiniment plus qu’un polar : un récit intimiste où le dénouement n’est jamais tranché.

Lire la suite « 188 mètres sous Berlin Magdalena Parys »

La dernière partie Wieslaw Mysliwski

couv40313567

La dernière partie est une découverte toujours surprenante. Par l’histoire d’un homme qui tente de mettre de l’ordre dans son carnet d’adresse et le vide de son existence ainsi exposée, Mysliwski livre une réflexion profonde sur le temps, l’identité et toutes ses ombres et personnes disparues qui nous constituent. Une lecture à conseiller absolument.

Lire la suite « La dernière partie Wieslaw Mysliwski »

Un fond de vérité

un-fond-de-verite

Le récit s’encombre de « passages obligés ». Ils s’avèrent encombrants mais efficaces. Comme les clichés en somme. Toute narration fonctionne grâce à eux (comportements psychologiques, typologie de caractères ou réaction attendue) mais toute littérature prétend les réinventer.

Dans ce deuxième volet des enquêtes du procureur Théo Szacki, Miloszewski s’empare à nouveau (après l’ombre du communisme et les violences conjugales) d’un thème clairement identifié. Afin de montrer à quel point il le traite avec finesse, il choisit un passage obligé énorme et incontournable : l’antisémitisme polonais et son lien avec l’église catholique.

Lire la suite « Un fond de vérité »