Estuaire Lidia Jorge

jorge

Le langage et la lutte contre les limites du monde qu’il suppose. Sous la ligne de flottaison, au-delà du naufrage d’une famille, Estuaire parvient à nous plonger dans les différentes versions des failles de chacun de ses personnages. Par son écriture d’une précision toute poétique, Lídia Jorge saisit l’irrationnel, l’empathie aussi, des sentiments de tous les membres de cette belle histoire de famille.

Lire la suite « Estuaire Lidia Jorge »

Le terroriste joyeux Rui Zink

terroriste

De la puissance du langage par son absurdité, par sa drôlerie provocante et les sourdes angoisses ainsi révélées. Le terroriste joyeux comme Le virus de l’écriture, le court texte qui le suit, jouent sur une identification entre personnage, lecteur et auteur. Dans une prose virtuose, jamais aussi drôle que lorsqu’elle trahit nos peurs et nos égoïsmes (la société totalitaire du Terroriste joyeux qui crée ses utiles opposants ou la lente disparition des lecteurs dans Le virus de l’écriture), ces deux cours textes suscitent la réflexion lucide, sans solution, des cauchemars.

Lire la suite « Le terroriste joyeux Rui Zink »

La mer à Casablanca Francisco José Viegas

lameracasa_miseenpage.jpeg

Polar aux pays des souvenirs, La mer à Casablanca scintille par la richesse de ses sensations, le poids exact de mélancolie avec lequel l’enquête criminel se cantonne à l’évocation d’ombre et à la biographie de fantômes. Francisco José Viejas poursuit les aventures de son commissaire Jaime Ramos comme une rêverie à travers le monde et la mémoire. À lire.

Lire la suite « La mer à Casablanca Francisco José Viegas »

Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père Gonçalo M. Tavares

51UHhw+WuGL._SX195_.jpg

Quelle représentation, concrète, physique, donner au temps ? Il semble que ce soit l’une des questions centrales de ce roman d’une belle étrangeté. À travers des rencontres éperdues, toujours d’une sourde angoisse, Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père revient sur la mémoire du vieux vingtième siècle. L’univers romanesque de Gonçalo M Tavares livre à nouveau son irréductible étrangeté dans une prose transparente et à travers une allégorie qui résiste aux interprétations trop simples.

Lire la suite « Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père Gonçalo M. Tavares »

Le collectionneur d’herbe Francisco José Viegas

 

le-collectionneur-OK-01.jpg

Sous une trame policière tenue, Le collectionneur d’herbe se présente comme un roman sur la mémoire. Dans une langue à l’invention limpide, Francisco José Viegas procède par strates. Le collectionneur d’herbe entasse les détails, toujours d’une précision palpable, où peu à peu se dévoile le rapport singulier entretenu par chaque personnage avec son passé. Du communisme aux colonies, avec une ambition éminemment littéraire, Le collectionneur d’herbe est un roman magnifique, mélancolique et ironique.

Lire la suite « Le collectionneur d’herbe Francisco José Viegas »