Le visiteur de marbre et autre oeuvres théâtrales Alexandre Pouchkine

Rendre sa musicalité, entre aisance et légèreté, à l’œuvre de Pouchkine. Par sa nouvelle traduction, Andreï Vieru permet à de nombreux lecteurs, espérons-le, de découvrir l’un des auteurs russes les plus importants. L’intégralité de ses pièces permet de voir la cohérence de ce théâtre politique où se met à nu les humaines oscillations. Ajoutez-y une très longue postface, parfois un rien difficile à suivre.

Lire la suite « Le visiteur de marbre et autre oeuvres théâtrales Alexandre Pouchkine »

Médée et ses enfants Ludmila Oulitskaïa

De la solidité, de l’insouciance. Des retrouvailles familiales, l’été en Crimée : souvenirs et secrets reviennent et tout un siècle soviétique, dans son absurdité, défile. Ludmila Oulitskaïa trace une généalogie féminine, diagonale, faite de soutien et de compréhension à distance. Médée et ses enfants est aussi le roman des mots que l’on met sur ses sentiments et sensations.

Lire la suite « Médée et ses enfants Ludmila Oulitskaïa »

Une suite d’événements Mikhaïl Chevelev

Plongée quasi documentaire dans la violence institutionnelle russe, ses répressions de toutes revendications indépendantistes et surtout des réponses désespérées, terroristes, de ceux essayant – par hasard plus que par destin – de s’y soustraire. Une suite d’événements retrace, avec une parole contestatrice et ironique, les raisons, jamais les excuses, d’une prise d’otage. Mikhaïl Chevelev, à travers un parcours documenté sur les différentes guerres russes contemporaines, révèle notre naïveté, nos façons de composer avec l’aveuglement, ici ou ailleurs, de l’époque.

Lire la suite « Une suite d’événements Mikhaïl Chevelev »

L’appartement André Markowicz

Le lieu de la langue, la traduction d’un souvenir. Récit versifié, L’appartement décrit le retour, par les mots et leurs résonances, leurs traductions et leurs fantômes, à Saint-Pétersbourg d’André Markowicz. Les remémorations de sa grand-mère donnent lieu à une belle évocation de l’exil, de l’écriture et de sa quête de la vision.

Lire la suite « L’appartement André Markowicz »

La soupe d’orge perlé Ludmila Oulitskaïa

G03268.jpg

Les tourments de l’enfance comme révélateurs d’une Histoire russe. Entre fausse naïveté et cette vraie précision qu’a l’incompréhension enfantine, les trois nouvelles de La soupe d’orge perlé se révèlent d’une beauté sombre et pleine d’empathie. Ludmila Oulitskaïa y montre tout son talent pour entremêler l’intime et l’horreur collective.

Lire la suite « La soupe d’orge perlé Ludmila Oulitskaïa »