Le cœur de l’hiver Dominic Cooper

La survie, au jour le jour, entre solitude et dénuement, sagesse et ignorance, nature et animaux, et soudain le surgissement de la dangereuse altérité. Dans une langue simple, belle, à l’image toujours d’Aladsair Mor, Dominic Cooper donne à voir le quotidien des pêcheurs sur une île isolée d’Écosse, la lente désertification et l’effacement d’une routine non sans beauté dans sa terrible difficulté. Dominic Cooper laisse alors poindre la sauvagerie d’une confrontation ultime, d’une violence d’une insoutenable banalité sans issu.

Lire la suite « Le cœur de l’hiver Dominic Cooper »

Coupez ! Chris Brookmyre

Hommage malin au cinéma de genre, d’horreur, d’exploitation, à toute une contre-culture directement en vidéo, à tous les arrangements et maquillages de ce milieu. Autopsie d’un film maudit ou comment se construit la fascination, la réprobation politique aussi pour ces nasties movies. Chris Brookmyre parvient à planquer le tout dans un quasi-thriller au montage qui enchaîne les points de vue et les époques pour mieux interroger notre malaise sociale (celui d’un jeune étudiant pauvre, celui d’une ancienne taularde). Coupez ! ou les vérités de l’imposture.

Lire la suite « Coupez ! Chris Brookmyre »

Vers Calais, en temps ordinaire James Meek

La pestilence et sa semblance ; la mort alentour et son absolution par procuration, et encore. Dans une jolie langue – attentive aux différenciations de statuts sociaux qu’elle impose, aux imaginaires qu’elle véhicule, James Meek s’empare du récit de peste comme une profonde et plurielle réflexion sur le Mal, le sens que l’on donne à nos vies. Vers Calais, en Temps ordinaire : sympathique roman d’aventures et spéculation sur la morale fluctuante qui nous lie.

Lire la suite « Vers Calais, en temps ordinaire James Meek »

La vague arrêtée Juan Carlos Mendez Guédez

Une sorcière à Caracas, une détective qui, entre magie et violence, cherche une gamine perdue dans un Vénézuela en proie au chaos. Juan Carlos Mendez Guédez livre une réflexion sur le retour, ce qu’on ne retrouve pas après l’exil, toutes les transformations et les attraits d’une ville. Entre deux pensées littéraires ou d’une mélancolie désirante, La vague arrêtée emporte le lecteur dans les manipulations d’une disparition.

Lire la suite « La vague arrêtée Juan Carlos Mendez Guédez »

Poussière dans le vent Leonardo Padura

Que reste-t-il de l’effondrement, de l’exil ? Poussière dans le vent, rocambolesques hasards, amours et amitiés. À partir de la photo d’un groupe au moment de sa dissolution, autour de la chute de l’URSS et de la période spéciale en temps de paix qui s’en suivit pour Cuba, Leornado Padura plonge son lecteur dans toutes les manières dont déconstruit l’exil. Poussière dans le vent ou un roman, heureux malgré la mélancolie, sur la perte qui constitue ce que nous sommes devenus.

Lire la suite « Poussière dans le vent Leonardo Padura »