Opus 77 Alexis Ragougneau

arton2763-9a659

La musique en ses images, l’interprète par ses silences. Sur une funèbre, et libre interprétation de l’opus 77 de Chostakovitch, Alexis Ragougneau livre une réflexion sur le milieu musical, son emprise de l’image dans sa sélection acharnée, mais il écrit surtout un joli roman de famille. Très maîtrisé dans sa construction musicale, Opus 77 déploie silence et rancunes, angoisses et vertiges, dépassement et folie.

Lire la suite « Opus 77 Alexis Ragougneau »

Ce qui est monstrueux est normal Céline Lapertot

arton2732-d3ff5

Récit clinique d’un inceste mais surtout plaidoyer pour la capacité de rebondir, par la lecture et l’écriture, après un abus sexuel, Ce qui est monstrueux est normal parvient à restituer l’insupportable de cette situation, de la misère et des infimes chances d’en sortir.

Lire la suite « Ce qui est monstrueux est normal Céline Lapertot »

Meurtre à Montaigne Estelle Monbrun

montaigne.jpeg

Un plaisir malin, un rien d’érudition menée comme une visite ironique dans les château de Montaigne, une intrigue simple dans un temps suspendu le tout porté par un regard doucereusement acerbe. Ou quelques raisons de se laisser prendre à ce Meurtre à Montaigne, léger et divertissant.

Lire la suite « Meurtre à Montaigne Estelle Monbrun »

Le cri de l’aurore Hoai Huong Nguyen

arton2699-6b638.jpg

Élégie amoureuse de l’emprisonnement, convocation par correspondance de l’absence, précision et simplicité des émotions et de leurs sensations ainsi retranscrites. Sous ses allures de conte, temps effacé et pays imaginaire, Hoai Huong Nguyen navigue dans un merveilleux épistolaire où l’absence capture l’inchangé.

Lire la suite « Le cri de l’aurore Hoai Huong Nguyen »

Saltimbanques François Pieretti

arton2697-9a33e

S’approprier la perte, retrouver l’ardente insouciance de la jeunesse, regagner l’attrait de son spectacle, s’inventer une histoire. Saltimbanques raconte la mort d’un frère, les détours d’un deuil impossible par la peine en apparence injustifiée qu’elle suscite. François Pieretti joue des flottements de son narrateur dans une fine évocation de l’absence.

Lire la suite « Saltimbanques François Pieretti »