Les bouffeurs anonymes Marie Aline

Lire la suite « Les bouffeurs anonymes Marie Aline »
Publicité

Lunar Caustic Malcom Lowry

Roman de la déchéance métaphysique ; l’intime horreur de la privation thérapeutique de l’alcool et la découverte – insoutenable – de celui qu’on ne saurait être. La redécouverte de ces deux états d’un même texte, un court roman, permettent de comprendre comment Malcom Lowry transmuait un vécu individuel, comment il en faisait le reflet de ses peurs, de ses obsessions d’un sens supérieur. Lunar Caustic : grand texte sur la densité de nos enfermements psychiques, de la profonde et commune humanité touché à les laisser sourdre.

Lire la suite « Lunar Caustic Malcom Lowry »

Les St. CharlesMolly Keane

Ce qui reste des grands récits de famille, l’effondrement de l’illusion, la fiction comme version arrangeante de nos souvenirs, manière de créer une proximité sans suite. Aroon tient la mémoire de sa famille, l’écrit sous le paravent du bon comportement, c’est le titre en version originale, qu’elle prétend avoir dans ce naufrage ambiant, ordinaire, décrit par Molly Keane entre apprêté et émotion et surtout dans sa grande habilité à suggérer les non-dits. Les St Charles, au-delà de son charme suranné est un joli roman sur nos tenaces illusions.

Lire la suite « Les St. CharlesMolly Keane »

Le serpent des blés T.M Rives

La découverte, par incompréhensions, de la cruauté du monde. Récit d’enfance elliptique, d’amours contrariées, de tout ce qui nous échappe portée par la belle, dans son immense simplicité, langue de T.M Rives vers le mystère, l’espoir d’une échappatoire. Le serpent des blés retrouve la capacité, dans la plus grande tradition américaine, d’un récit à seulement nous raconter une histoire, à nous laisser en tirer toutes les interprétations, à nous laisser porter.

Lire la suite « Le serpent des blés T.M Rives »

Ce que la France n’a jamais dit à l’Algérie Alain Giorgetti

Magnifique, en colère et susceptible de rendre compte de toutes les atrocités de la colonisation, discours fictif de ce qu’un président, courageux et lucide, pourrait prononcer en Algérie pour en terminer avec la domination. En détournant la rhétorique politique de ses impuissances ou de ses volontés de ne surtout pas traduire les mots en acte, Alain Giorgetti éclaire crûment toute une période – de la conquête à la guerre d’indépendance jusqu’à la domination patriarcale dans la mémoire – dont la France doit s’excuser, permettre enfin l’autonomie et l’appropriation de l’Histoire.

Lire la suite « Ce que la France n’a jamais dit à l’Algérie Alain Giorgetti »